Topophile naît en Octobre !

Florilège de savoir et de faire : topophile, l'ami·e des lieux, la revue des espaces heureux
(del. Vanessa Alvarado)

Recevez les lettres topophiles

Nous ne partageons pas ces informations : Topophile protège vos données.

Le combat des topophiles

Nous sommes toutes et tous topophiles ! Nous appartenons à un milieu que nous ne cessons de transformer plus encore que celui-ci nous façonne. L’amitié que nous manifestons pour nos lieux d’existence mérite pour le moins une revue !

Cette nouvelle revue numérique se réclame de l’écologie, ce qui implique une méthode de faire et de penser combinant processus, transversalité et interrelations.

Cultiver écologiquement cette amitié avec les lieux exige de rompre avec le productivisme et ses innombrables dégâts. La revue Topophile se veut celle des partisan·es des espaces heureux, architectes, paysagistes, artisan·es, étudiant·es, intellectuel·les, activistes, élu·es, citoyen·nes, habitant·es…

La théorie est trop souvent distinguée de la pratique, l’intellectuel du manuel, la tête de la main. Or il n’y a pas de savoir sans faire, ni de faire sans savoir ! Topophile les combine en d’heureuses rencontres, en une encyclopédie vivante des savoir-faire topophiles.

Territoires et paysages, villes et campagnes, maisons et jardins, architecture et design, faune et flore, chaque topophile est disponible et attentionné·e envers son lieu d’habiter. Chaque surprise l’enthousiasme, chaque sensation le stimule, chaque désastre l’affecte.

Topophile sait que toute idée est un combat.

Aspirations topophiles

Diffuser auprès de tou·tes une culture spatiale, paysagère, architecturale et urbaine ;

Promouvoir des pensées et des pratiques écologiques ;

Créer des passerelles entre d’innombrables réseaux et fédérer leurs protagonistes ;

Démontrer la faisabilité de nouveaux modes de construction germant aux quatre coins du monde ;

Examiner le présent dans le miroir du passé et en dessiner l’avenir ;

Interroger le monde localement et globalement, rendant l’étranger familier ;

Élargir l’horizon des praticien·nes et enraciner les idées des théoricien·nes ;

Exalter tous les engagements citoyens ;

Inspirer les uns, nourrir les autres ;

Révéler notre qualité existentielle de terrien·nes et l’impératif de ménager notre lieu en commun : la Terre.

Topophile a besoin de vous !

Topophile fait le choix du libre accès pour profiter à toutes et tous, du refus de la publicité et de la rémunération des auteur·es.

Topophile fait le pari que ses futur·es lecteurs et lectrices reconnaîtront sa qualité et assureront sa pérennité par leurs dons réguliers.

La revue est éditée par une association loi 1901 à but non lucratif, à caractère d’intérêt général et gérée bénévolement par ses rhapsodes.

Ainsi, si vous êtes domicilié·e en France, vous pouvez obtenir une réduction d’impôt à hauteur de 66 % de vos dons grâce au récépissé que nous établirons à votre nom. Par exemple, un don de 50 € vous coûte seulement 17 €. Pour en profiter, il vous suffira d’indiquer le montant de vos dons lors de votre prochaine déclaration d’impôts. Le prélèvement à la source n’a pas d’incidence sur ce dispositif.

L’association publie ses comptes chaque année au printemps.

Rendez vos amis topophiles !

Topophile encourage celles et ceux qui ont conscience des enjeux environnementaux et sociaux de notre époque et qui aspirent à vivre individuellement ou collectivement selon leurs convictions.

Topophile s’adresse à un lectorat composite – étudiant·es, professionnel·les, écologistes, citoyen·nes, etc. – pour populariser des savoir-faire éparpillés et insuffisamment connus.

Ainsi, nous appelons les créatrices et les créateurs d’espaces à publier leurs réalisations dans topophile. Nous remercions lecteurs et lectrices de faire connaître la revue et de la soutenir par des dons.

Il nous faut avec votre aide toucher un plus grand nombre de personnes. Nous vous invitons à diffuser notre brochure numérique et apposer l’affiche « êtes-vous topophile ? » Merci pour votre soutien !

Les ami·es de Topophile

Romain Anger, ingénieur | Antoine Aubinais, architecte | Marc Augé, anthropologue | Augustin Berque, géographe  | Alain Bornarel, ingénieur | Patrick Bouchain, constructeur | Boris Bouchet, architecte | Dominique Bourg, philosophe & éthicien | Fabienne Bulle, architecte | François Chaslin, critique d’architecture | Gilles Clément, jardinier & écrivain | COLOCO, paysagistes | Sonia Cortesse, architecte | Éric Daniel-Lacombe, architecte | Gilles Debrun, architecte | Bernard Delage, acousticien | Laurent Demarta, architecte | Corentin Desmichelle, architecte | Patrice Doat, architecte | Encore heureux, architectes | Anne Feenstra, architecte | Luc Floissac, ingénieur | Laetitia Fontaine, ingénieure | Pierre Frey, historien de l’art | Gilles Fumey, géographe  | Dominique Gauzin-Müller, architecte & auteure | Silvia Grunig, architecte  | Edith Hallauer, designeuse & écrivaine | Anna Heringer, architecte | Simon Jacquemin, architecte | Pierre & Rémi Janin, architectes-paysagistes | Hugues Joinau, architecte & géobiologue | Frédérique Jonnard, architecte | Pierre Jouventin, écoéthologue | Loic Julienne, architecte | Simone & Lucien Kroll, jardinière & architecte | Margotte Lamouroux, architecte & journaliste | Bernard Lassus, artiste & paysagiste | Serge Latouche, théoricien de la décroissance | Christophe Laurens, architecte & enseignant | Marc Le Cœur, historien de l’art | Fanny Leglise, architecte & journaliste | Marta Maccaglia, architecte | Philippe Madec, architecte & urbaniste | Alberto Magnaghi, théoricien de la biorégion | Nina Maritz, architecte | Bernard Marrey, historien de l’architecture | Bruno Marzloff, sociologue | Olivier Misischi, architecte | Anne-Solange Muis, géographe | Camille Muller, paysagiste | Thierry Paquot, philosophe | Gilles Perraudin, architecte | Emmanuel Pezres, architecte | Hervé Potin, architecte | Boonserm Premthada, architecte | Joseph Rabie, architecte & urbaniste | Jean Robert, architecte & historien | les Saprophytes, architectes & paysagistes | Pablo Servigne, biologiste & théoricien de l’effondrement | Marco Stathopoulos, architecte | Jean-Jacques Wunenburger, philosophe | Claude Yacoub, architecte | Chris Younès, philosophe

AMACO | Bellastock | Asterre | Les bâtisseuses | Cantercel | CROAIF (Conseil régional de l’ordre des architectes d’Ile-de-France) | Fibra Award | ICEB (Institut pour la conception éco-responsable du bâti) | Manifeste pour une frugalité heureuse

Les rhapsodes de Topophile

Camille Morin | Martin Paquot | Raphael Pauschitz

La maquette de Topophile

Topophile traite des espaces et des lieux au prisme de l’écologie et constitue une encyclopédie vivante des savoir-faire topophiles. Elle se compose de trois grandes parties.

Savoir vise à écologiser nos esprits à travers la publication d’entretiens, d’enquêtes, d’essais et d’études de théoricien·nes et de praticien·nes du monde entier.

Faire rassemble des réalisations originales présentées par leurs créateur·es – de toute nature, de toute échelle et de tout pays – qui participent d’une approche écologique, éthique et sociale du lieu et de l’espace.

Rendez-vous convie nos lecteurs et lectrices à enrichir leurs connaissances et expériences topophiles en allant à la rencontre des protagonistes à l’occasion de conférences, débats, expositions, visites, ateliers.

Slider

Les saisons de Topophile

Automne 2019 : lancement de la revue numérique sur topophile.net

2018-2019 : financement participatif, développement du site & préparation des publications

Printemps 2018 : début du projet Topophile

Contacter les rhapsodes

Vous pouvez nous envoyer un courriel à revue[arobase]topophile.net.