toujours à l'affiche


Habitat Social d’Aujourd’hui

01/04/2021 02/10/2021

Habitat Social d’Aujourd’hui

Exposition

Grenoble

2021-04-01 00:00 2021-10-03 00:00 Europe/Paris Habitat Social d’Aujourd’hui MUSEO Expositions et La Plateforme La qualité architecturale de nombreuses opérations de logement social et l’engagement citoyen de leurs acteurs sont dignes d’éloges. À l’heure où la transition écologique et solidaire est devenue une grande cause nationale, il était nécessaire de valoriser des exemples inspirants pour qu’ils fassent des émules. Réparties sur tout le territoire français, les 40 réalisations décrites dans cet ouvrage sont d’échelles très variées, et témoignent du travail de toutes les familles du monde Hlm. Situées dans des villages, des centres-bourgs ou des métropoles, elles sont destinées, parfois en mixité, à des jeunes et à des personnes âgées, à des familles et à des personnes fragiles. Issues d’un dialogue fructueux entre le bailleur et son équipe de maîtrise d’oeuvre, ces opérations montrent qu’il est possible d’être à la fois généreux et frugal, rigoureux et créatif. L’architecture n’est pas qu’un supplément d’âme, elle est au coeur du métier de maître d’ouvrage social. Ces opérations démontrent qu'il est possible d'être à la fois généreux et frugal, rigoureux et créatif. Cette exposition est tirée de l’ouvrage du même titre réalisé par Dominique GAUZIN-MULLER. https://www.grenoble.fr/agendaRCM/86417/2278-habitat-social-d-aujourd-hui.htm La Plateforme 9, place de Verdun GRENOBLE MUSEO Expositions et La Plateforme Habitat Social d’Aujourd’hui
Fibra, bâtir en fibres végétales

19/05/2021 20/06/2021

Fibra, bâtir en fibres végétales

Exposition

Caen

2021-05-19 00:00 2021-06-21 00:00 Europe/Paris Fibra, bâtir en fibres végétales Le Pavillon et le CAUE du Calvados Plongez au cœur des matières végétales et admirez la créativité des réalisations architecturales présentées dans l'exposition « Fibra, bâtir en fibres végétales ». Accueillie à Caen par le CAUE du Calvados et le Pavillon - co-produite par amàco et le Pavillon de l’Arsenal - elle est prolongée jusqu'au 20 juin 2021. Murs en béton de chanvre ou en bottes de paille porteuses, charpentes en bambou, couvertures et bardages en roseaux, isolants en paille, chanvre ou herbes marines, tuiles de palmier, garde-corps en osier... l’exposition Fibra rassemble plus de 50 constructions réalisées avec des matériaux en fibres végétales dans le monde entier. Face à l’épuisement des ressources, cette exposition explore les potentiels des plantes à croissance rapide et leur usage pour les architectures et la ville de demain. Elle s’inscrit dans la continuité des expositions, recherches et expérimentations initiées par le Pavillon de l’Arsenal depuis 2014 sur le réemploi des matériaux et la construction en terre crue ou en pierre des carrières franciliennes. Ouvert à tous, entrée libre du mercredi au dimanche, 13h-19h. Presqu'île de Caen, 10 quai F. Mitterrand Le Pavillon et le CAUE du Calvados Fibra, bâtir en fibres végétales
Proto-habitat : fabriquer autrement, du prototype à l’habiter | Arc-en-rêve

19/05/2021 29/08/2021

Proto-habitat : fabriquer autrement, du prototype à l’habiter | Arc-en-rêve

Exposition

Bordeaux

2021-05-19 11:00 2021-08-29 19:00 Europe/Paris Proto-habitat : fabriquer autrement, du prototype à l’habiter | Arc-en-rêve Arc-en-rêve, Centre d'architecture Habiter un espace construit pour se loger et/ou travailler, est un sujet ouvert à la réflexion et au renouvellement des pratiques. Les défis à relever sont exigeants, pour la conception architecturale, la fabrication urbaine, ou encore l’appropriation par les habitants. Habiter un espace construit pour se loger et/ou travailler, est un sujet ouvert à la réflexion et au renouvellement des pratiques. Les défis à relever sont exigeants, pour la conception architecturale, la fabrication urbaine, ou encore l’appropriation par les habitants. Le renouvellement des formes d’habitat se conçoit naturellement en relation avec l’évolution des modes de vie. L’histoire du logement est à cet égard très riche d’enseignement. Il est des grands changements qui imposent la remise en cause des modèles précédents. Les mutations sociales, environnementales et économiques que nous connaissons actuellement obligent à changer les manières de penser et les modes de faire l’habitat. Les initiatives et expériences sont multiples, qui offrent des réponses aux qualités avérées, du point de vue des usages, de l’optimisation des ressources et des savoir-faire locaux. arc en rêve centre d’architecture présente dans la galerie blanche l’exposition proto-habitat, fabriquer autrement, du prototype à l’habiter un projet de recherche de Frédérique Barchelard et Flavien Menu à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis. Frédérique Barchelard et Flavien Menu se sont investis dans un travail centré sur l’innovation architecturale et urbaine à travers leurs expériences françaises et européennes. En s’impliquant sur des projets démonstrateurs à Londres, à Paris, et aujourd’hui à Bordeaux en Aquitaine, ils développent une culture de la recherche appliquée qui caractérise leur positionnement professionnel d’architecte. À partir de leur recherche, en Europe, sur les nouvelles façons d’habiter, les nouvelles représentations du chez soi, et les modes de production des logements, les deux architectes posent les bases de nouveaux modèles d’habitat en prise directe avec les questions écologiques, économiques et les changements de société. Le projet proto-habitat, véritable démonstrateur architectural, est une création de jeunes architectes, promoteurs de belles valeurs. Proto-habitat expose l’innovation à l’œuvre, qui s’exerce sur le processus d’élaboration du projet, de l’expression de la commande à la réalisation, en passant par la conception, les conditions de financement et la construction. C’est une démarche partenariale qui a su fédérer toute la chaîne des acteurs incluant les collectivités, les entreprises de la filière bois et les pôles de compétitivité.Le succès de ce projet tient à la confiance et à la connivence, entre le politique et la recherche, l’économie et la culture. 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux Arc-en-rêve, Centre d'architecture Proto-habitat : fabriquer autrement, du prototype à l’habiter | Arc-en-rêve
Fabriquer des lieux | Huang Sheng-Yuan | Arc-en-rêve

19/05/2021 12/09/2021

Fabriquer des lieux | Huang Sheng-Yuan | Arc-en-rêve

Exposition

Bordeaux

2021-05-19 11:00 2021-09-12 18:00 Europe/Paris Fabriquer des lieux | Huang Sheng-Yuan | Arc-en-rêve Arc-en-rêve, centre d'architecture Huang Sheng-Yuan a choisi, depuis 1994, de vivre et de travailler dans le comté de Yilan, région rurale du nord-est de l’île. Toutes situées dans un rayon de 30 minutes maximum de l’agence, ses réalisations se développent sur le temps long et à l’échelle de ce territoire. « La pratique de l’architecture s’apparente à un processus consistant à ajouter indéfiniment, une à une, des couches successives de la connaissance humaine ».Huang Sheng-Yuan 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux Arc-en-rêve, centre d'architecture Fabriquer des lieux | Huang Sheng-Yuan | Arc-en-rêve
Les communautés à l’œuvre | Pavillon français | Biennale de Venise

22/05/2021 21/11/2021

Les communautés à l’œuvre | Pavillon français | Biennale de Venise

Exposition

Venise

2021-05-22 11:00 2021-11-21 19:00 Europe/Paris Les communautés à l’œuvre | Pavillon français | Biennale de Venise La biennale di Venezia / Institut français Le projet « Les communautés à l’œuvre » propose d’interroger la rencontre entre le savoir-faire de l’architecte et l’expérience des habitants de leur propre lieu de vie. Cette approche transversale du métier tente d’éclairer une implication de l’architecture dans un monde contemporain en forte mutation. L’exposition présente un voyage de l’esprit en architecture à travers l’étude de cinq cas précis sur différents continents : en Europe, Asie, Amérique et Afrique. L’objectif est de proposer un regard optimiste sur le monde où les communautés habitantes agissent directement sur leurs cadres de vie, leur quotidien. Ces différentes démarches présentées ne suivent pas un schéma théorique formel conçu par un architecte mais témoignent des transformations lentes et multiples d’un lieu de vie par ses propres habitants. Les communautés semblent être les ressources les plus pertinentes pour transformer les situations habitées, et ainsi faire naitre une nouvelle façon de concevoir un contrat « spatial » issu de démarches ascendantes. Par une architecture précise et indéterminée, la prise en compte de l’aspect performatif des habitants, des usages, de la vie sous toutes ses formes est rendue possible dans les processus de projet. L’improvisation intervient comme une possibilité de transformation des situations habitées considérées ici comme des « Works in Progress ». Les communautés à l’œuvre s’approprient leurs environnements par leurs actions et créent alors un lieu du commun où se discute la gestion de leur cadre de vie. Face au gaspillage humain et matériel, nous proposons un changement de regard sur la vie qui existe déjà partout, et les moyens d’une stratégie fine, précise et délicate pour la sublimer. Nous présentons des documentaires sur les communautés habitantes à l’oeuvre dans la transformation de leurs environnements quotidiens, en France mais aussi à travers le monde : à Johannesburg, à Bordeaux, à Détroit, à Mérignac, à Hanoï… et d’autres cas encore qu’il faut repérer, trouver comme autant de pépites nous éclairant sur la capacité du monde à se réinventer. Des situations analogues, par effet miroir, nous renseignent sur les phénomènes à l’œuvre, par leurs écarts aux normes et à la standardisation du monde. Comment vivent-elles ensemble et quel contrat spatial engagent-elles ? L’enseignement tiré de ces différentes études de cas devrait nous éclairer d’un point de vue critique sur la façon dont nous vivrons ensemble. Venise, Italie La biennale di Venezia / Institut français Les communautés à l’œuvre | Pavillon français | Biennale de Venise
La beauté d’une ville | Controverses esthétiques et transition écologique à Paris

26/05/2021 26/09/2021

La beauté d’une ville | Controverses esthétiques et transition écologique à Paris

Exposition

Paris

2021-05-26 11:00 2021-09-26 19:00 Europe/Paris La beauté d’une ville | Controverses esthétiques et transition écologique à Paris Pavillon de l'Arsenal Qu’est-ce qui fait la beauté d’une ville ? Son site, sa morphologie, ses bâtiments, ses jardins, ses matières, sa mesure ? Ses habitants, ses fragilités, son hospitalité, ses milieux, sa mesure ? Comment se définit, en fonction des projets et des contraintes de chaque siècle, l’esthétique urbaine ? Quelles formes doit inventer la ville pour opérer sa transition climatique ? À l‘heure où la municipalité parisienne interroge l’esthétique de la capitale par la création d’un manifeste, où l’administration élabore un nouveau règlement urbain mais aussi où les Parisiennes et Parisiens affirment leur volonté de participer à ces débats, le Pavillon de l’Arsenal réunit, durant le confinement, une cinquantaine d’architectes, artistes, chercheur/e/s, écrivain/e/s, commissaires d’exposition, historien/ne/s, philosophes, sociologues... pour esquisser une définition de ce qui fait la beauté de Paris. Leurs analyses, rassemblées dans l’ouvrage co-édité avec Wildproject, se croisent, se répondent et éclairent les grandes controverses qui ont rythmé la fabrication de Paris depuis les prémices des disciplines urbaines. Les prises de position emblématiques de Voltaire en faveur des embellissements (1749), de Victor Hugo face aux démolisseurs (1832), de Rousseau dénonçant « des rues sales et puantes, de vilaines maisons noires » (1849), d’Émile Zola ou Jules Ferry à l’encontre des travaux du préfet Haussmann (1867-1872) ou des artistes le 14 février 1887 contre l’érection de la tour Eiffel... ou plus proches, les prises de position contre la transformation des Halles (dès 1959), des voies rapides (1972), l’édification d’immeubles tours (en particulier à partir de 1974), la place de l’art ou de la nature, l’espace des nouvelles mobilités, l’intégration des nouvelles technologies et ses appendices ou l’appropriation des trottoirs... chacune révèle l’engouement constant et singulier de toutes et tous pour débattre de l’avenir de la ville et le caractère protéiforme de la beauté. La beauté englobe tout un ensemble de visions, de règles, de techniques constructives et de pratiques quotidiennes en évolution constante, que l’exposition propose d’explorer, guidée par la voix de nos experts au travers de 7 niveaux de perception : tout d’abord, le site et en particulier la Seine, creuset du débat populaire ; puis la morphologie, entre composition urbaine et tissu existant, entre densité et étalement ; le paysage du piéton : sols, trottoirs, affiches, mobiliers, squares, parcs et œuvres d’art ; le bâti, sa forme et son échelle issues des règlements successifs, mais aussi la diversité qui lui donne son caractère ; l’invisible, ce qui a disparu ou ce que l’on ne veut plus voir ; la place du vivant à redéfinir à l’aune de la crise écologique ; et enfin, celui qui aurait pu être le premier de ces sujets, l’hospitalité, qui traduit la capacité de la cité à accueillir, protéger et laisser suffisamment d’espace à toutes et tous pour s'exprimer. Autant de questions et d’histoires qui invitent les visiteurs à parcourir Paris depuis le XVIIIe siècle, un pied dans l’histoire l’autre engagé sur les chemins de la transition écologique, pour continuer à débattre au fil d'un un parcours scénographique rythmé par une centaine de documents historiques, de plans, de photographies, d’entretiens vidéos réalisés par Océane Ragoucy et d’un montage inédit de références cinématographiques sur le piéton de Paris proposé par Stefan Cornic et Stéphane Demoustier. L’exposition s’enroule autour d’une prairie éphémère conçue par les paysagistes de Wagon Landscaping. Cette installation temporaire a une double ambition : présenter les nombreuses espèces végétales de la tradition horticole des jardins parisiens d’hier, d’aujourd’hui et de demain dans toutes leurs variétés, mais également apporter aménité et fraîcheur dans le Pavillon de l’Arsenal. La beauté d’une ville dépasse la seule dimension esthétique. Elle est le langage commun de la fabrication de la ville. C’est l’ambition de cette manifestation collective d’explorer ce qui la caractérise et en débattre, en invitant chacune et chacun à participer à sa transformation. avec les contributions des auteurs de l'ouvrage Isabelle Backouche / Jean-Christophe Bailly / Isabelle Baraud-Serfaty / Julie Beauté / Alessia de Biase / Nathalie Blanc / Bernadette Blanchon / Jeanne Brun / Pierre Caye / Paul Chemetov / Philippe Clergeau / Jean-Louis Cohen / Michaël Darin / Chantal Deckmyn / Nicola Delon / Fannie Escoulen / Mariabruna Fabrizi / Yann Fradin / Alexandre Gady / Laure Gayet / Nicolas Gilsoul / Maria Gravari-Barbas / Luc Gwiazdzinski / Antoine Lagneau / Paul Landauer / Éric Lapierre / Emma Lavigne / Laurent Le Bon / Nicolas Lemas / Bertrand Lemoine / Joachim Lepastier / Agnès Levitte / Sandrine Marc / Sébastien Marot / Guillaume Meigneux / Nicolas Memain / Raphaël Ménard / Mathieu Mercuriali / Carolina Mudan Marelli / Soline Nivet / Patricia Pelloux / Antoine Picon / Denyse Rodríguez Tomé / Mathias Rollot / Dominique Rouillard / Jean-Michel Roy / Richard Scoffier / Philippe Simon / Agnès Sinaï / Simon Texier / Géraldine Texier-Rideau / Kelly Ung / Julie Vaslin / Gwenola Wagon / Chris Younès / Ornella Zaza Pavillon de l'Arsenal, 21 bd Morland - 75004 PARIS Pavillon de l'Arsenal La beauté d’une ville | Controverses esthétiques et transition écologique à Paris
Énergies désespoirs : un monde à réparer

29/05/2021 01/08/2021

Énergies désespoirs : un monde à réparer

Exposition

Paris

2021-05-29 11:00 2021-08-01 19:00 Europe/Paris Énergies désespoirs : un monde à réparer Encore Heureux, l'artiste Bonnefrite , l'Ecole urbaine de Lyon sur invitation du CENTQUATRE Énergies Désespoirs est une exposition qui présente des mondes qui s’effondrent et d’autres qui sont reconstruits et réparés collectivement. L'exposition explore deux versants de notre planète en mouvement : les données scientifiques de l’Anthropocène qui documentent la crise de l’habitabilité de la Terre et les initiatives contemporaines à différentes échelles qui esquissent une réparation à l'œuvre. Fruit d’un dispositif collaboratif entre l'agence d'architecture Encore Heureux, la section de recherche en Anthropocène de l'École urbaine de Lyon et l'artiste Bonnefrite, l'exposition compose une forêt de 120 affiches peintes. Aux 60 peintures de désespoirs en noir et blanc répondent 60 peintures d’énergies en couleur, disposées dos à dos, explorant ainsi deux versants de notre planète en mouvement. Chaque affiche est accompagnée d’un texte scientifique qui complète l’image. Une exposition autant factuelle que sensible, qui nous permet de sortir de la paralysie des faits grâce à l'énergie créative transmise par le dessin. Plusieurs événements (conférences, ateliers de sérigraphie, tables rondes, projections...) viennent compléter l’exposition. Après Matière Grise (Pavillon de l’Arsenal, 2014) et Lieux infinis (Biennale d’Architecture de Venise, 2018), c’est le troisième volet d’une réflexion que mène Encore Heureux sur la construction d’un monde plus juste. Gratuit sur réservation obligatoire Le CENTQUATRE-PARIS 5 rue Curial - 75019 Paris Encore Heureux, l'artiste Bonnefrite , l'Ecole urbaine de Lyon sur invitation du CENTQUATRE Énergies désespoirs : un monde à réparer

juin 2021


Les animaux et les humains | Les mercredis de l’anthropocène

16/06/2021

Les animaux et les humains | Les mercredis de l’anthropocène

Conférence

En ligne, Lyon

2021-06-16 18:30 2021-06-16 19:30 Europe/Paris Les animaux et les humains | Les mercredis de l’anthropocène L'Ecole urbaine de Lyon - En partenariat avec Radio Bellevue Web et Frigo&Co. Depuis plusieurs années, des mouvements pro-animaux essaient de porter la parole des animaux ou de défendre l'idée qu'ils auraient une parole à porter. Qu’en est-il ? Qu’apporte la compréhension des échanges d’informations entre animaux aux humains ? Avec : - Nicolas Mathevon. Biologiste, spécialiste du comportement animal, professeur à l'université de Saint-Etienne, membre senior de l'Institut universitaire de France et explorateur pour la National Geographic Society. Il étudie les communications acoustiques animales et humaines depuis presque trente ans, a fondé une équipe de recherche dédiée à la bioacoustique (Equipe de Neuro-Ethologie Sensorielle, CNRS, université de Saint-Etienne) et préside actuellement l'International Bioacoustics Society (IBAC). Son dernier livre est Les animaux parlent. Sachons les écouter (2021, Humensciences). - Jérôme Michalon. Sociologue, chargé de Recherche - CNRS UMR Triangle (Sciences Po Lyon - Université Lyon 2 - École Normale Supérieure Lyon - Université Jean Monnet Saint Etienne), il a publié Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier (Presses des Mines, 2014). Animation : - Laëtitia Mongeard. Docteure en géographie, elle est actuellement post-doctorante à l’École urbaine de Lyon. Lien pour écouter la séance à venir Galerie Michel Descours - Lyon L'Ecole urbaine de Lyon - En partenariat avec Radio Bellevue Web et Frigo&Co. Les animaux et les humains | Les mercredis de l’anthropocène
Un rayon de soleil

20/06/2021

Un rayon de soleil

Rencontres

Rennes

2021-06-20 06:00 2021-06-20 23:00 Europe/Paris Un rayon de soleil Au bout du plongeoir – Frugalité heureuse et créative – Team Solar – Negawatt Chers amis, partenaires, militants, artistes, passeurs, penseurs, étudiants, poètes, chercheurs, architectes,... Depuis déjà 18 mois, nous avons commencé à rêver, briller et concocter une fête du soleil, le 20 juin, jour de solstice d’été. La Fête du soleil est un événement à portée philosophique, artistique, scientifique et manifestive à la fois. Un rassemblement joyeux et instructif pour célébrer et saisir toute la richesse complexe du soleil. Aussi, parce que nous voulons en faire une véritable célébration, en raison de ce que vous savez, nous ne garderons de ce soleil cette année qu’un de ses rayons pour nous retrouver entre artistes, acteurs et partenaires de cette fête pour continuer à l’écrire et à la rêver. Elle n’en sera que plus belle l’année prochaine... inscription nécessaire AU PROGRAMME 6h06 (pour les plus courageux) : Nous chercherons le meilleur point de vue pour son lever Yoga avec Jennifer Aujame Petit déjeuner Matinée : Présentation de la Frugalité Heureuse et créative avec Philippe Madec, du soleil dans le scénario Négawatt avec Thierry Salomon et propositions d’ate- liers par Sophie Cardin, plasticienne et par les étudiants du Master « ingénierie psycho-sociale et cognitive » (pour se préparer au changement). 12:00 : répétition de chants polyphoniques avec Mélanie Panaget et son choeur de femmes Déjeuner dans l’herbe Sieste... Parce que c’est dimanche et qu’il fera chaud !Après midi :Poursuite des échanges et ateliers avec les étudiants et Guénolé Jezequel, scénographe 17h30 : «L’énergie sur le divan» avec Laurent Petit, de l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine Apéro20:00 : Banquet22:05 : Grande répétition du coucher du soleil avec les Majorennes Petite fête en toute simplicité jusqu’à 23:00 Manoir de Tizé, 35235 Thorigné-Fouillard Au bout du plongeoir – Frugalité heureuse et créative – Team Solar – Negawatt Un rayon de soleil
Sur les traces de nos déchets | Les mercredis de l’anthropocène

23/06/2021

Sur les traces de nos déchets | Les mercredis de l’anthropocène

Conférence

En ligne, Lyon

2021-06-23 18:30 2021-06-23 19:30 Europe/Paris Sur les traces de nos déchets | Les mercredis de l’anthropocène Ecole urbaine de Lyon. En partenariat avec Radio Bellevue Web et Frigo&Co. Souvent invisibilisée, la gestion des déchets présente des enjeux sociaux et techniques au cœur des défis d’une économie plus circulaire. Avec : - Yann Brunet. Doctorant à l’Université Lyon 2, lauréat d’une bourse de thèse de l’Ecole urbaine de Lyon, il est rattaché au Laboratoire d’études rurales et Environnement ville société (UMR5600). Ses recherches portent sur l’étude historique des flux de déchets de trois métropoles au XXe (Lyon, Montréal et Manchester). - Rémy Gourdon. Professeur à l’Insa de Lyon, rattaché au laboratoire Déchets Eaux Environnement Pollutions (DEEP), il est spécialiste de biophysicochimie environnementale et des traitements biologiques. Animation : - Lucas Tiphine. Chargé du développement de la plateforme éditoriale de l’École urbaine de Lyon Anthropocene2050 et coordinateur scientifique de l’Abécédaire de la ville Le Monde Cities/École urbaine de Lyon. Lien de connexion à venir Galerie Michel Descours - Lyon Ecole urbaine de Lyon. En partenariat avec Radio Bellevue Web et Frigo&Co. Sur les traces de nos déchets | Les mercredis de l’anthropocène
Rêves de jardin | Louisa Jones | Femmes et paysage en Méditerranée

24/06/2021

Rêves de jardin | Louisa Jones | Femmes et paysage en Méditerranée

Conférence

En ligne

2021-06-24 18:30 2021-06-24 20:00 Europe/Paris Rêves de jardin | Louisa Jones | Femmes et paysage en Méditerranée Volubilis, le réseau euro-méditerranéen pour la ville et les paysages Lors de cette "causerie" nous échangerons avec Louisa Jones. Canadienne d’origine, écrivaine et anciennement professeur de lettres, elle a souligné à travers de nombreux livres sur les jardins méditerranéens, cette culture antique qui a tant marqué le Midi français et qui donne une grande place aux jardins provençaux. Il y a trente ans, la Provence était encore peu connue dans le monde des jardins. Désormais, bien des années après, les meilleurs jardins du Sud, comme sa cuisine, participent aux tendances d’avant-garde à l’échelle globale, tout en gardant leur singularité. 18h30 à 20h dans un jardin avignonnais ou en ligne Sur inscription Inscription nécessaire Volubilis, le réseau euro-méditerranéen pour la ville et les paysages Rêves de jardin | Louisa Jones | Femmes et paysage en Méditerranée
Grand Péril Express | Les Soulèvements de la Terre

29/06/2021 04/07/2021

Grand Péril Express | Les Soulèvements de la Terre

Mobilisation

Ile-de-France

2021-06-29 00:00 2021-07-05 00:00 Europe/Paris Grand Péril Express | Les Soulèvements de la Terre Les Soulevements de la Terre A partir du 29 juin, dans le cadre de la campagne des « Soulèvements de la terre », une série de blocages d’envergure se tiendront en Ile-de-France pour dénoncer l’impact écologique de l’industrie de la construction et du projet du Grand Paris. inscription Habitant-es des villes ou des campagnes, la bétonisation et l’artificialisation des sols nous impactent tou-tes. Les grands projets inutiles épuisent nos ressources, détruisent les sols en France comme dans le monde. Nous pouvons leur résister, reprendre le pouvoir et rendre visible les scandales écologiques, politiques et financiers qui se jouent depuis des dizaines d’années. Dans nos paysages comme dans nos imaginaires, le béton est désormais devenu la norme.  L’industrie de la construction est à elle seule une catastrophe. À l'échelle mondiale, elle est responsable de 39% des émissions de CO2 (2). En France, ce secteur est à la fois le premier consommateur de ressources naturelles minérales, le second émetteur de gaz à effet de serre, et le premier producteur de déchets (3).  Le Grand Paris, initié par Nicolas Sarkozy, illustre à l'échelle nationale la destruction massive dont l'artificialisation des sols est responsable. 22 millions de tonnes de terre excavées par an (4) entraînent le ravage des dernières terres agricoles d'Île de France notamment à Gonesse, Saclay et Aubervilliers.  Le Grand Paris veut construire à tout prix sous couvert du besoin en logement alors qu'on estime que 2,8 millions de logements sont vacants en France (5). C’est aussi un projet ferroviaire absurde qui répond au nom de Grand Paris Express comprenant plus de 200km de nouvelles voies et 68 gares dont le but principal est d’améliorer la circulation entre les aéroports et Paris. L’argent public est avalé par les tractopelles avec la complicité de l’Etat et des élu.es. Nous appelons au démantèlement des grands projets inutiles et au désarmement des infrastructures qui les soutiennent . Au cœur de ce désastre, il y a l’extraction d’une matière première qui sert à fabriquer le béton : le sable. C’est la deuxième ressource la plus utilisée de la planète après l’eau. Alors que cette ressource s'épuise, le Grand Paris continue de creuser les sols, d'agrandir les carrières et de draguer les fonds de mer. Ce sont les paysages, les champs, les rivières, les plaines de l'Ile de France et des régions avoisinantes qui sont exploitées pour ce projet. Bien que situé en Ile de France, l’impact est national et notre réponse doit venir de toute la France.  Puisque personne n'est là pour arrêter la machine, nous l’arrêterons nous-même. Le rythme des chantiers s’accélère sous l’impulsion des Jeux Olympiques 2024 et les protestations sont englouties par le bitume. Si nous voulons mettre un terme à cette fuite en avant, nous devons cesser d'attendre et réunir nos forces. Rejoignez "Grand Péril Express » pour une semaine d'actions radicales et d’ampleur, au coeur des ravages de l’industrie de la construction.  inscription Les Soulevements de la Terre Grand Péril Express | Les Soulèvements de la Terre
Approche collective et communautaire du soin| les mercredis de l’anthropocène

30/06/2021

Approche collective et communautaire du soin| les mercredis de l’anthropocène

Conférence

En ligne, Lyon

2021-06-30 18:30 2021-06-30 19:30 Europe/Paris Approche collective et communautaire du soin| les mercredis de l’anthropocène Ecole urbaine de Lyon. En partenariat avec Radio Bellevue Web et Frigo&Co. L’épidémie de Covid-19 a ébranlé l’édifice de la santé comme un capital individuel à préserver ou à faire fructifier pour augmenter ses performances. L’échelle mondiale de la pandémie et les principes mêmes de la contagion nous ont brutalement rappelé les interdépendances dans lesquelles nous vivons et la vanité d’un humain déconnecté du reste du monde. Dans quelle communauté la santé s’inscrit-elle alors ? Comment pouvons-nous prendre soin collectivement ? Avec : - Benjamin Cohadon et Donia Sahtel. Tous deux travaillent au sein du Village 2 santé, un centre de santé communautaire autogéré à Échirolles, en périphérie de Grenoble, qui tente de répondre aux inégalités sociales de santé du quartier. - Maria Grace Salamanca Gonzales. Docteure en philosophie dans le cadre d'une codirection entre l’Université de Lyon et le Programme Actores Sociales de la Flora Medicinal en México del Instituto Nacional de Antropología e Historia (Mexique). Elle est parallèlement praticienne des esthétiques décoloniales (sociodrame, théâtre de l’opprimé, théâtre playback et théâtre spontané). Animation : - Bérénice Gagne. Issue d’un parcours de formation pluridisciplinaire entre littérature, sciences du langage et sciences politiques, elle est en veille sur l’Anthropocène pour l’École urbaine de Lyon depuis 2019. Lien de connexion à venir Hôtel 71 - Lyon 2 Ecole urbaine de Lyon. En partenariat avec Radio Bellevue Web et Frigo&Co. Approche collective et communautaire du soin| les mercredis de l’anthropocène

juillet 2021


Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif

08/07/2021 11/07/2021

Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif

Rencontres

Lyon

2021-07-08 09:30 2021-07-11 16:00 Europe/Paris Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif Habitat & Partage, Habitat Participatif France Véritable temps d’échange entre habitants et tous les acteurs de la ville et de l'aménagement des territoires , les Rencontres Nationales de l'Habitat Participatif permettent d’engager de nouvelles modalités de coopération. Elles sont également un laboratoire pour découvrir les expérimentations réalisées et les ressources existantes. Depuis 2010, les Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif (RNHP) de Strasbourg, Grenoble, Lille, Marseille et Nantes ont contribué à la structuration d’un mouvement national et la (re)connaissance de l’habitat participatif. Cette 6ème édition souhaite mettre en perspective la dynamique de développement de l’habitat participatif en la resituant dans la thématique plus générale des «Communs».L’habitat participatif est venu répondre au besoin d’un nombre grandissant de citoyens de concevoir des lieux de vie orientés autour de la solidarité, de la mutualisation, d’une sobriété écologique du bâti et des usages. Face à la crise environnementale, sociale, sociétale, et depuis plus d’un an, sanitaire, ces lieux d’habitat témoignent de leur capacité d’agir pour repenser l’habiter, transformer les pratiques, relancer des dynamiques de coopération, développer innovation et résilience. Ancrés dans la tradition des communs, ils montrent l'intérêt de donner une place à la participation citoyenne dans la définition des besoins d’aménagements urbains ou ruraux et dans la construction des modes d’habiter, permettant ainsi de renforcer l’appropriation des équipements, des logements, de relancer des dynamiques territoriales et contribuer au mieux vivre ensemble.Ces Rencontres ont ainsi pour objectif d’élargir le débat au-delà même des seules opérations d’habitat participatif, pour ​regarder ce qui peut ​aider à créer du commun, de l’équité, du lien social. Quelle ville voulons-nous demain ? Comment l’habitat peut devenir levier pour les territoires quand les citoyens y participent ? découvrir le programme Université Catholique de Lyon (UCLY) Campus St Paul 10 place des archives - Lyon 2 Habitat & Partage, Habitat Participatif France Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif

octobre 2021


Faire face aux risques | Architecture et Philosophie

15/10/2021 16/10/2021

Faire face aux risques | Architecture et Philosophie

Colloque

Paris

2021-10-15 00:00 2021-10-17 00:00 Europe/Paris Faire face aux risques | Architecture et Philosophie GERPHAU - ENSAPLV - ARENA Ce colloque international est organisé par la chaire partenariale de recherche et d'enseignement en architecture “ nouvelles urbanités face aux risques naturels : des abris ouverts ”, le Laboratoire GERPHAU et l'association ARENA. synopsis : Nul ne sait quelles seront les conséquences réelles sur l’habitat, des changements climatiques et de la dégradation de la biosphère dans les quinze, trente ou cinquante ans à venir. Mais les catastrophes sont déjà là. Des quartiers et leurs habitants sont noyés, brulés, effondrés, emportés, étouffés par des phénomènes physiques qui rentrent en confrontation avec les agencements humains. De nouvelles menaces s'intensifient. La récente pandémie de Covid-19 met aussi en évidence les synergies toxiques qui se tissent entre pressions sur les écosystèmes naturels, perte de biodiversité des milieux, réchauffements climatiques, émergences de nouveaux virus, fragilité des organisations humaines. Alors, les modes de vie, mais aussi les établissements humains doivent être repensés, remis en chantier, sans attendre l'extension et l'intensification des cataclysmes. Ce colloque visera à prendre la mesure des dynamiques naturo-culturelles complexes et inquiétantes, qui déstructurent l'habitabilité même de la planète, dans le but de promouvoir ce qu'elles engagent, en retour, comme renouvellement des cultures d'installations architecturales et urbaines. A la palette des risques déjà très fournie, et qui ne cesse de s'élargir, s'ajoute désormais celui d'une reprise à l'identique des activités post-pandémie, qui marquerait notre incapacité collective à sortir de la répétition d'un modèle qui a pourtant démontré son horizon catastrophique. Comment initier un chemin vers autre chose ? Quoi apprendre de ce contexte à haut risque, de la rencontre avec ces aléas ? Il s'agit donc de penser des situations évolutives, cycliques ainsi que leurs représentations, de mettre en débat de nouvelles pratiques (autant constructives que conceptuelles), dans la cadre d'une rencontre entre architecture et philosophie. Ce colloque, porté par le laboratoire GERPHAU, l'école nationale supérieure d'architecture de Paris la Villette et le réseau européen de recherche ARENA, visera donc à mettre en avant le potentiel de l'architecture dans un tel contexte. Comité d'organisation Xavier Bonnaud et Éric Daniel-Lacombe, architectes, urbanistes, professeurs d'architecture à l'ENSA Paris la Villette, Laboratoire GERPHAU Chris Younes, professeur à L'École Spéciale D'architecture, Laboratoire GERPHAU Comité scientifique Xavier Bonnaud, architecte-urbaniste, professeur d'architecture à l'ENSA Paris la Villette, Laboratoire GERPHAU, ARENA Chris Younès, Philosophe, professeure à L'École spéciale d'architecture, laboratoire GERPHAU, ARENA Éric Daniel-Lacombe, architecte-urbaniste, professeur d'architecture à l'ENSA Paris la Villette, Laboratoire GERPHAU Thorsten Schröder, assistant professor, Architectural Design and Engineering, Department of the Built Environment, Eindhoven University of Technology, ARENA Magali Reghezza, Géographe, Maîtresse de conférence, ENS Marie Hélène Contal, architecte, Directrice du développement culturel de la Cité de l'architecture Contact gerphau@gmail.com Cité de l'Architecture et du Patrimoine, 1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris GERPHAU - ENSAPLV - ARENA Faire face aux risques | Architecture et Philosophie