toujours à l'affiche


TERRAFIBRA Award

03/11/2020 03/03/2021

TERRAFIBRA Award

Prix

En ligne

2020-11-03 00:00 2021-03-04 00:00 Europe/Paris TERRAFIBRA Award Les Grands Ateliers & amàco en partenariat avec CRAterre & l'ETH Zurich Ce prix mondial souhaite mettre en valeur les propriétés esthétiques, les avantages constructifs et les bénéfices environnementaux de 40 bâtiments pensés et construits avec de la terre crue, des fibres végétales ou les deux. S’inscrivant dans la continuité des deux prix TERRA Award 2016 et FIBRA Award 2019, cette troisième édition met sur le devant de la scène la mixité des matériaux dans l’architecture contemporaine. Ce nouveau rendez-vous permettra de faire découvrir les matériaux bio- et géo-sourcés à un vaste public mais également d’encourager le développement des filières locales. Dépôt de candidature gratuit et en ligne avant le 3 mars 2021. Les engagements pris par les États pour endiguer les dérèglements climatiques appellent une très forte réduction de l’empreinte environnementale des bâtiments existants et futurs. Mettre en œuvre de la terre crue et des matériaux à base de plantes à croissance rapide répond à cette exigence. En effet, l’utilisation de terre crue et de fibres végétales, souvent en association, limite le prélèvement de ressources non-renouvelables et les besoins en énergie sur l’ensemble du cycle de vie des constructions. Par ailleurs, les filières des matériaux bio- et géo-sourcés représentent un important potentiel de création d’emplois et d’activités économiques dans les territoires. Les milliers de bâtiments en pisé, adobe, bauge, BTC mais aussi en bambou, roseaux ou paille qui émergent sur toute la planète éveillent la curiosité des médias et de la profession. Le TERRAFIBRA Award veut mettre en lumière les plus inspirantes de ces constructions. Le but de ce prix est de distinguer des projets remarquables tout en soulignant le courage des maîtres d’ouvrage qui ont fait le choix des matériaux bio- et géo-sourcés, la créativité des concepteurs et le savoir- faire des artisans et des entrepreneurs. Procédure Le TERRAFIBRA Award est ouvert aux bâtiments neufs ou rénovés construits, sur tous les continents, avec une quantité significative de terre et/ou de fibres végétales, et mis en service après janvier 2010. Candidature en ligne du 3 novembre 2020 au 3 mars 2021 Règlement du prix À l’exception des bâtiments à structures en bois, qui font déjà l’objet de nombreux prix, toutes les techniques de construction en terre crue (pisé, adobes, bauge, BTC, etc.) et celles à base de fibres végétale (bambou, roseau, chanvre, lin, paille, rotin, palmes, herbes marines, mycélium, algues, etc.) sont concernées. Les projets à structures en bois associé à la terre ou à un ou plusieurs autres matériaux biosourcés sont éligibles. Finalistes et lauréats En mai 2021, un premier jury sélectionnera 40 bâtiments finalistes qui mettent en œuvre de la terre crue et/ou des matières végétales en proposant des solutions innovantes et en valorisant les ressources et les savoir-faire de leur territoire d’accueil tout en s’attachant à des valeurs esthétiques. Ces projets bénéficieront d’une visibilité internationale grâce à une présentation dans une exposition itinérante et un livre associé. En septembre 2021, le jury d’honneur choisira, parmi les 40 finalistes, un projet lauréat dans chacune des 10 catégories suivantes : Développement localÉquipement public culturelÉquipement public scolaire/sportifBâtiment d’activitésHabitat collectifHabitat individuelRéhabilitationAménagement intérieurInstallation artistique (intérieure ou extérieure)Projet pédagogique À propos Le TERRAFIBRA Award est né du regroupement de deux prix initiés par amàco et Dominique Gauzin-Müller : le TERRA Award 2016 et le FIBRA Award 2019. Pour cette troisième édition, il est porté et organisé par les Grands Ateliers et amàco en partenariat avec CRAterre et l’ETH de Zurich. Les Grands Ateliers & amàco en partenariat avec CRAterre & l'ETH Zurich TERRAFIBRA Award

mars 2021


Avec ou sans paille ? Les filières des matériaux biosourcés en Suisse | SIA Vaud

01/03/2021

Avec ou sans paille ? Les filières des matériaux biosourcés en Suisse | SIA Vaud

Conférence

En ligne

2021-03-01 18:30 2021-03-01 20:30 Europe/Paris Avec ou sans paille ? Les filières des matériaux biosourcés en Suisse | SIA Vaud Société suisse des ingénieurs et des architectes section Vaud / revue Tracés / La diversité des matériaux biosourcés nous inspire ! … Le bois, la paille, le chanvre, la cellulose, le liège, le lin, la laine de mouton, etc. sont issus de ressources renouvelables susceptibles de jouer un rôle central dans la décarbonation du paysage bâti. Tout le monde en parle mais peu investissent concrètement, pour des raisons normatives ou économiques. Dès lors, comment soutenir ces filières ? L’aide à la paysannerie est-elle une option ? Quid de la formation dispensée dans les écoles ? L’homologation qui assure la viabilité économique du produit mène-t-elle la danse ? Intervenant·es CArPE, Collectif d’architecture participative et écologiqueAudanne Comment, Architecte EPFL, matériauthèque MatildaJean-Emile Fellay, Charpentier, propriétaire de la Société Iswood matériaux naturels, SaxonGuillaume Habert, Docteur en géologie structurale, Professeur responsable de la chaire de construction durable à l’EPFZMohamed Meghari, Chef de Division de la Direction de l’énergie (DGE-DIREN) du canton de Vaud Modérateur Marc Frochaux Rédacteur en chef Revue Tracés Rejoindre la conférence Société suisse des ingénieurs et des architectes section Vaud / revue Tracés / Avec ou sans paille ? Les filières des matériaux biosourcés en Suisse | SIA Vaud
Architecture et agriculture | Chantiers communs

05/03/2021

Architecture et agriculture | Chantiers communs

Conversations

En ligne

2021-03-05 14:30 2021-03-05 16:30 Europe/Paris Architecture et agriculture | Chantiers communs Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie La troisième édition de Chantiers communs s’ouvrira par une conversation à quatre voix sur les pratiques architecturales et agricoles, historiquement liées, et la nécessité de les repenser et de les reconnecter aujourd’hui en vue d’adapter nos territoires aux enjeux écologiques et sociaux. Avec Sébastien Marot, philosophe et professeur d’histoire environnementale, Julien Choppin, architecte cofondateur d’Encore Heureux et actuellement en formation pour devenir paysan-boulanger, et deux jeunes diplômés en architecture : Arthur Dietrich, formateur au sein de la coopérative L’Atelier Paysan, et Jacques Delamarre de retour de plusieurs années passées auprès de David Holmgren, fondateur de la permaculture. Une rencontre animée par Marin Schaffner. Rendez-vous en ligne Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Architecture et agriculture | Chantiers communs
Réhabiter la Normandie : la vision biorégionale | Chantiers communs

06/03/2021

Réhabiter la Normandie : la vision biorégionale | Chantiers communs

Conversations

En ligne

2021-03-06 14:30 2021-03-06 16:30 Europe/Paris Réhabiter la Normandie : la vision biorégionale | Chantiers communs Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie De la vision portée par les pionniers du biorégionalisme des années 1970 jusqu’aux enjeux de transformation écologique et sociale d’aujourd’hui, cette rencontre propose d’ouvrir des perspectives nouvelles pour reconsidérer nos lieux de vie et imaginer ensemble comment les « réhabiter ». Savons-nous vraiment où nous habitons ? D’où vient l’eau que nous buvons ? Quelle est la composition du sol sous nos pieds ? Quels sont les oiseaux, les plantes, les arbres et les autres êtres vivants qui partagent avec nous cet endroit ? En partant de ces premiers questionnements, la vision biorégionale propose d’explorer nos milieux pour mieux comprendre leur fonctionnement et imaginer comment les “réhabiter”. Face aux défis de notre temps et aux limites de notre planète, alors que nous devons repenser, individuellement et collectivement, nos manières d’habiter le monde, la vision biorégionale propose de repartir des bassins-versants, des micro-climats, des types de sols, de la faune et de la flore locales, de la culture propre à chaque endroit, pour redessiner nos territoires et imaginer collectivement des manières singulières de les habiter. De la vision portée par les pionniers du biorégionalisme des années 1970 jusqu’aux enjeux de transformation écologique et sociale d’aujourd’hui, cette rencontre propose d’ouvrir des perspectives nouvelles pour reconsidérer nos lieux de vie. Des réflexions et expériences menées sur des territoires aux échelles variées, du Grand Paris à la commune littorale de Regnéville-sur-Mer dans la Manche, viendront illustrer ce que signifie et implique cette approche afin d’ouvrir nos imaginaires et redessiner nos territoires, et plus particulièrement la Normandie. avec Agnès Sinaï, journaliste, Camille Morin, designer, Rémi Buscot, diplômé d’Etat en architecture, Maële Giard, doctorante, et la participation de Mathias Rollot, architecte et auteur.Une rencontre animée par Marin Schaffner. Rendez-vous en ligne Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Réhabiter la Normandie : la vision biorégionale | Chantiers communs
L’agriculture urbaine, vers quelle autonomie alimentaire ? | Chantiers communs

20/03/2021

L’agriculture urbaine, vers quelle autonomie alimentaire ? | Chantiers communs

Conversations

En ligne

2021-03-20 14:30 2021-03-20 16:30 Europe/Paris L’agriculture urbaine, vers quelle autonomie alimentaire ? | Chantiers communs Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Longtemps les villes ont été maîtresses de leurs ressources nourricières. Au fil du temps pourtant, sous l’impact de la mondialisation, elles ont délaissé leur autonomie alimentaire. Aujourd’hui une véritable prise de conscience est à l’œuvre pour rapprocher producteurs et consommateurs : les milieux urbains et l’agriculture de proximité tissent de nouveaux liens faisant germer des innovations sociales. Avec Aubery Lecoq, coordinatrice de l’association Fort !, Hubert Carpentier, président de l’association des Jardins familiaux de la Mare Rouge, Karen Yvan, membre de l’équipe opérationnelle du Champ des possibles, Léo Massé, cofondateur de l’association Havre de Vers, Maxime Marie, enseignant-chercheur en géographie à l’Université de Caen participant au programme de recherche-action FRUGAL (Formes urbaines et gouvernance alimentaire), et Yannick Ferry, co-gérant des Cocottes urbaines. Rendez-vous en ligne Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie L’agriculture urbaine, vers quelle autonomie alimentaire ? | Chantiers communs
Patrimoine : quelles priorités à l’heure du changement climatique ? | Chantiers communs

27/03/2021

Patrimoine : quelles priorités à l’heure du changement climatique ? | Chantiers communs

Conversations

En ligne

2021-03-27 14:30 2021-03-27 16:30 Europe/Paris Patrimoine : quelles priorités à l’heure du changement climatique ? | Chantiers communs Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Cette rencontre propose d’ouvrir le débat sur le sujet complexe du patrimoine à l’heure du dérèglement climatique, et de nourrir nos réflexions des points de vue d’élus, professionnels, acteurs locaux impliqués dans ce qui est déjà un vaste chantier commun. Avec Catherine Brunaud-Rhyn et Laurence Loyer-Camebourg, Conseil départemental de la Manche, Cyrille Billard, DRAC Normandie, Régis Leymarie, Conservatoire du Littoral, Stéphanie Dupont, Région Normandie – Inventaire, et Olivier Chabert, Communauté de communes Coutances Mer et Bocage. Cette rencontre est proposée dans le cadre de la 3ème édition de Chantiers communs. Rendez-vous en ligne Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Patrimoine : quelles priorités à l’heure du changement climatique ? | Chantiers communs

avril 2021


Réinventer les rites territoriaux | Chantiers communs

03/04/2021

Réinventer les rites territoriaux | Chantiers communs

Conversations

En ligne

2021-04-03 14:30 2021-04-03 16:30 Europe/Paris Réinventer les rites territoriaux | Chantiers communs Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Repenser aujourd’hui nos manières d’habiter invite à questionner aussi les liens intimes que nous tissons avec les territoires où nous vivons. Comment s’exprime l’affection que portent des habitants pour leur quartier ou leur bourg ? Comment se manifeste leur attachement pour cette partie du monde qu’ils partagent ? Alors qu’un besoin croissant de rituels et de sens se fait sentir à la ville comme à la campagne, les rites territoriaux se réinventent pour continuer à fabriquer du commun. En Normandie comme ailleurs, des expériences, portées par des acteurs locaux et des habitants, imaginent ensemble ces nouveaux liens. Les rites se réinventent, révèlent et célèbrent l’amour que nous portons à ces lieux qui nous sont chers. Avec Margaux Milhade, architecte, et Camille Fréchou, paysagiste-conceptrice, association Cohues, Edith Hallauer et des représentants d’Hyperville, Thomas Mouzard, conseiller aux Patrimoines immatériels et à l’ethnologie au sein de la Direction générale des patrimoines - Ministère de la Culture, Isabelle Richard, centre chorégraphique national de Caen en Normandie, Isabelle Charpentier, Le Trident – Scène nationale, et Jean Pavie, commune de Valdallière. Cette rencontre est proposée dans le cadre de la 3ème édition de Chantiers communs. Rendez-vous en ligne Territoires pionniers | Maison de l'architecture - Normandie Réinventer les rites territoriaux | Chantiers communs
Troisième vague d’actions contre la réintoxication du monde

17/04/2021

Troisième vague d’actions contre la réintoxication du monde

Mobilisation

France

2021-04-17 00:00 2021-04-18 00:00 Europe/Paris Troisième vague d’actions contre la réintoxication du monde Agir17 Après les vagues d’actions des 17 juin et 17 novembre 2020, une constellation de syndicalistes, paysan·ne·s, ZAD, associations, territoires en luttes, espaces autogérés, coopératives ont décidé d'un appel commun pour le 17 avril 2021. Plus d’une centaine de collectifs des 4 coins du pays sont ainsi déjà engagés dans un nouveau round d’actions, blocages, rassemblements et occupations contre des lieux de production, chantiers, projets et infrastructures toxiques. Lire l’appel à action Agir17 Troisième vague d’actions contre la réintoxication du monde