Un espace novateur en milieu rural

Benoit Rougelot | 13/11/2019
Un espace novateur en milieu rural

Introduction

qui LANDFABRIK (Benoit Rougelot, architecte)

quoi Espace Novateur en milieu Rural, écoles, médiathèque, ludothèque (600m²)

où Place du village, Brangues (38), France

quand
Conception : automne 2015–été 2016
Permis : été 2016
Chantier : hiver 2017–été 2019
Livraison : septembre 2019

pourquoi Faire face, par des actions co-construites, aux crises qui touchent nos sociétés et particulièrement ses territoires ruraux

comment Noyau béton de ciment, murs à ossature bois isolation paille, enduit terre, dalle bois, mur sud en pisé non isolé, toiture végétalisée, ventilation naturelle simple flux, chaudière biomasse

pour qui Enfants de Brangues et villageois de Brangues

avec qui
Ingénieur structure : I+A (Mario Poirier)
Ingénieur fluide CVC thermique VN : Switch (Mathieu Le Bourhis)
Contrôleur technique : APAVE (Laurent Dandres)

par qui
VRD : PL FAVIER
Gros œuvre : COREALP
Pisé : Nicolas Meunier & BATISERF
Charpente et paille : Lifteam & CBS-CBT
Enduit : Noé Solsona
Toiture végétalisée : Noir Étanchéité
Menuiseries : Proponnet
Stores extérieurs : Stores Roger
Sols souples : Clément Décor
Électricité : Gaillard
Plomberie CVC : Rey Frères
Ascenseur : ACAF Lyon
Chaudière biomasse : Veyret

combien 990 000 € HT / 600m², 48 kWh/m²/an en chauffage (déperdition due à la ventilation naturelle sans récupération de chaleur : tirage naturel)

Intentions et attentions

Face aux situations de crise que traverse aujourd’hui notre société, il devient urgent de travailler ensemble pour redonner du sens à la vie de nos territoires et de ses habitants. Activités économiques innovantes, solidarité sociale, préoccupations environnementales et gouvernance partagée sont les piliers sur lesquels nous devons nous appuyer pour co-construire nos actions. Telle est le cadre de l’action portée par la commune de Brangues qui a abouti à la création d’un Espace Novateur en milieu Rural.

Un équipement au cente du village

Il s’agit d’un équipement public multifonctionnel comportant une école maternelle, sa cour protégée, une école élémentaire, sa cour qui est aussi un jardin public, la bibliothèque de l'école qui est aussi la médiathèque du village, une ludothèque qui est aussi le cyber-café, un local pour les jardiniers qui s'occupent du potager partagé jouxtant le jardin communal. En somme, un concentré d'usages qui permettent les rencontres et l'animation d'une petite commune.

Réalisations

Le projet s'adapte à la topographie du site. Au pied d’un coteau, le bâtiment en R+2 accueille une médiathèque et une ludothèque au rdc qui, ouvertes au public, fonctionnent au-delà des horaires scolaires. L’école élémentaire au premier étage s’ouvre sur le jardin en pente et l’école maternelle au deuxième étage est accessible via une passerelle en bois qui la relie à sa cour qui surplombe le site. Le dénivelé naturel du terrain autorise des accès distincts à chaque étage et à chaque programme. 

Malheureusement, le budget restreint de la commune, n'a pas permis de réaménager les abords de l'école. Néanmoins, les deux cours existantes, ainsi que le jardin public offrent des espaces de jeux. La prairie fleurie de la toiture végétalisée permet également de renforcer les espaces de biodiversité. 

Utiliser de la botte de paille en milieu rural est plus qu'une évidence : cela devrait être obligatoire. Le patrimoine construit du village de Brangues est majoritairement de l'habitation en pisé. Il eut été indécent de ne pas rendre hommage à cette formidable technique constructive qui possède de nombreux atouts (esthétique, visibilité du labeur, régulation hygroscopique, inertie, impact écologique..). 

Mur trompe en pisé

Un noyau central en béton de ciment contrevente des dalles bois entre lesquelles des murs à ossatures bois remplis de bottes de paille viennent créer un écrin, bardé de bois à l’extérieur et capitonné de terre à l’intérieur. L’enduit terre – qui ne demande qu’à être caressé – participe au confort thermique du bâtiment (inertie, frein vapeur, régulation de l’hygrométrie). De même la façade sud en pisé non porteur – le chantier devait se dérouler en 9 mois tout compris, le squelette bois a été monté avant les trumeaux en pisé, il ne s'appuie donc pas sur celui-ci – et non isolé, pour profiter de son inertie thermique et joue le rôle de mur régulateur hygroscopique et thermique et montre sans voile, par ses couches successives, de terre damée le labeur de l’artisan. 

La recherche de résilience sur les éléments techniques nous a fait bannir les commandes électriques pour les stores et préférer une ventilation naturelle pour les salles de classe. En façade, des ventelles à servo-moteur 12 V s'ouvrent et se ferment en fonction du taux de CO2 mesuré par des capteurs, tandis qu’au cœur du bâtiment des conduits toute hauteur créent un tirage naturel. Une chaudière biomasse, alimentée par le bois issu de l’élagage des haies communales, permet de répondre aux besoins de chauffage tout en contribuant à un bilan en énergie primaire relativement faible.

Améliorations

Nous avons donc conçu et construit un bâtiment comportant du Bois, de la Terre et de la Paille – bref du BTP – dont nous révélons la matérialité. Nous aurions souhaité être en circuit court pour ces matériaux et nous approvisionner sur le territoire de la commune. Or le charpentier avait sa propre filière locale d'approvisionnement. La terre d'excavation du site composée essentiellement de remblai était peu propice aux enduits ou au pisé, et aucun chantier de terrassement d’envergure suffisante ne se déroulait au même moment dans la commune. L'entreprise de VRD locale a néanmoins pu nous fournir de la terre à 80 km du chantier. Et l'agriculteur de la commune n'était pas équipé pour nous fournir des bottes de paille de la bonne densité. 

L'enduit terre ne demande qu'à être caressé

Nous essayons quelque soit le projet d'avoir une vision globale des enjeux, des interactions entre les différents acteurs (usagers, financeurs et entreprises). Cet ensemble crée un écosystème souvent fragile mais qui tend à se consolider à chaque fois qu'un nouveau projet résilient se réalise. Les connaissances et les exemples de projet en terre, en paille s'accumulent et se renforcent les uns les autres. 

Dans nos projets ultérieurs, le pisé sera porteur, la pose des enduits terre sera l’occasion d’un chantier participatif, la toiture végétalisée sera accessible et la ventilation naturelle sera à récupération de chaleur.

crédits texte
Benoît Rougelot

crédits photographies
01–08 : Renaud Perrin
09–17 : LANDFABRIK