Rendez-vous

De la topophilie | Thierry Paquot | Chaire Francqui [REPORTÉE]

26/03/20

De la topophilie | Thierry Paquot | Chaire Francqui [REPORTÉE]

Conférence

Mons, Belgique

2020-03-26 19:00 2020-03-26 21:00 Europe/Paris De la topophilie | Thierry Paquot | Chaire Francqui [REPORTÉE] Faculté d'Architecture et d'Urbanisme de l'Université de Mons Dans le cadre de la Chaire Francqui 2019-2020, La Faculté d’Architecture et d’Urbanisme a le plaisir de vous inviter à la conférence « De la Topophilie » que donnera le Professeur Thierry PAQUOT. Ce mot se trouve sous la plume de Gaston Bachelard dans La poétique de l’espace (1957) sans vraiment être davantage circonscrit. En quoi consiste donc l’amitié du lieu qui est aussi une amitié envers le lieu ? La « topoanalyse » que revendique Bachelard consiste en une autobiographie environnementale, en quoi les lieux font de moi ce que je suis ? Clare Cooper-Marcus parle du logement comme « miroir de soi », Edward Hall explore la « dimension cachée » de nos rapports aux lieux et aux autres, les nouvelles technologies communicationnelles privilégient les lieux virtuels et transforment le cellulaire en un « lieu total » qui nous libérerait des contraintes géographiques… Et si l’humain ne pouvait pas se détacher de la Terre pour errer d’un site internet à un autre ? Et si la topophilie était émancipatrice ? Dernière conférence :30/04 : L’ami-livre Université de Mons-Campus Plaine de Nimy - Centre Vésale - Auditoire La Fontaine - 22 Rue du Champs de Mars, 7000 MONS (Belgique) Faculté d'Architecture et d'Urbanisme de l'Université de Mons

Faculté d'Architecture et d'Urbanisme de l'Université de Mons

Université de Mons-Campus Plaine de Nimy - Centre Vésale - Auditoire La Fontaine - 22 Rue du Champs de Mars, 7000 MONS (Belgique)

19:00 – 21:00

 

Dans le cadre de la Chaire Francqui 2019-2020, La Faculté d’Architecture et d’Urbanisme a le plaisir de vous inviter à la conférence « De la Topophilie » que donnera le Professeur Thierry PAQUOT.

Ce mot se trouve sous la plume de Gaston Bachelard dans La poétique de l’espace (1957) sans vraiment être davantage circonscrit. En quoi consiste donc l’amitié du lieu qui est aussi une amitié envers le lieu ? La « topoanalyse » que revendique Bachelard consiste en une autobiographie environnementale, en quoi les lieux font de moi ce que je suis ? Clare Cooper-Marcus parle du logement comme « miroir de soi », Edward Hall explore la « dimension cachée » de nos rapports aux lieux et aux autres, les nouvelles technologies communicationnelles privilégient les lieux virtuels et transforment le cellulaire en un « lieu total » qui nous libérerait des contraintes géographiques… Et si l’humain ne pouvait pas se détacher de la Terre pour errer d’un site internet à un autre ? Et si la topophilie était émancipatrice ?

Dernière conférence :
30/04 : L’ami-livre